Match de rugby et kiwi

Native Bird Recovery Centre : Kiwi Sparky

Match de rugby : Blues vs Crusaders 

Après avoir visité la péninsule de Coromandel, nous arrivons à Auckland. C’est la toute première ville que nous avons découverts en Nouvelle-Zélande. Il est 18h passé quand nous arrivons à l’Eden Park pour assister à un match de rugby. Un agent de sécurité nous dit que seuls les abonnés peuvent se garer aux alentours du terrain. Nous nous éloignons et trouvons une place à 25 min à pied. Nos tickets nous permettent de choisir dans toute une colonne nos places. On choisit deux sièges en haut pour être à l’abri en cas de pluie. 

Une troupe de danse fait une chorégraphie au milieu du terrain quand l’averse commence. Les spectateurs sont trempés en moins de deux minutes et montent derrière nous.  

Les Crusaders (Christchurch) rentrent sur le terrain de l’Eden Park suivi des Blues (Auckland) acclamés par le public. Des grands jets de flammes s’allument autour du stade. Le match de rugby commence ! 

Nous ne sommes pas des grands fans de rugby mais on voit rapidement que le niveau est très élevé ! Ils jouent super vite et avec une technique très impressionnante ! On profite du spectacle et encourageons les Blues. À chaque essai de l’équipe d’Auckland, les jets de flammes retentissent. À la mi-temps, les Blues gagnent 15 à 10 . 

 

 

Pendant la pause, des énormes ballons d’1,50m de diamètre sont jetés dans le public pendant que 4 spectateurs s’affrontent dans une course de vitesse sur le terrain. Les équipes reviennent et le match continue. C’est toujours aussi beau à voir. Les Crusaders gagnent 26 à 21. 

 

Match de rugby - Blues vs Crusaders

 

Nous remercions votre assurance CCM pour nous avoir offert les places de ce match de rugby

Il y a très peu de camping à Auckland, nous dormons à un Holiday Park à 20$ par personne (aïe, c’est cher !). 

 

Native Bird Recovery Centre  

L’après-midi, nous allons à Native Bird Recovery Centre. Sur l’application Campermate, des commentaires disent qu’il est possible de caresser un kiwi ici. Mais personne n’est présent au moment de notre venue. Nous allons donc à Kiwi North, juste à côté. L’entrée est à 15$ par personne et permet de voir des kiwis. Nous en avons déjà vu à Christchurch. Ici, il y en a que deux mais la pièce est légèrement plus lumineuse ce qui permet de les voir plus facilement. Un monsieur vient poser des graines et les deux kiwis sortent manger. De l’autre côté, il y a des geckos dont un de cinq mois et un Tuatara.

 

Gecko Kiwi North

 

Nous retournons à Native Bird Recovery Centre. Robert Webb est déjà avec deux personnes en train de leur présenter Sparky. Cette femelle kiwi à 16 ans. Robert l’a recueilli dans ce centre pour oiseaux blessés quand elle avait trois mois. Elle a perdu l’une de ces pattes dans un piège. Un kiwi peut vivre entre 40 et 50 ans. Sparky a encore de beaux jours devant elle ! Avec l’aide de son bec, elle arrive a bien se déplacer, même si de temps en temps, elle tombe. Son handicap ne lui permet pas d’être relâchée dans la nature, les prédateurs sont dangereux et elle ne peut pas courir très vite. Sparky se ballade autour de nous à la recherche de vers de terre et de fourmis. Elle se laisse caresser et chacun son tour, on profite de ce moment à côté de cet animal si rare en Nouvelle-Zélande.

 

 

Même si cela fait 16 ans qu’elle vit ici, Sparky reste un peu sauvage. Elle continue à chasser, râle un peu quand Robert la prend dans les bras mais n’a pas peur de l’homme. Nous restons une demi-heure à caresser cette magnifique kiwi et à discuter avec Robert. Il remet Sparky dans sa cage et nous amène à l’accueil nous montrer des photos des animaux qu’il a sauvé et de ceux qu’il a relâché. Plus de 60% des oiseaux blessés sont répartis vivre dans la nature. Les kiwis ne peuvent pas voler car leurs ailes sont extrêmement petites. Robert et Robyn ont donc permis à Sparky de voler en le faisant monter dans des avions de l’armée !

 

Dans ce centre, des albatros, des chouettes, des pingouins, des Wood Pigeons, … sont régulièrement soignés. Ils vivent grâce aux dons et demandent 5$ pour voir et caresser Sparky. Autant dire que ça vaut vraiment le coup ! C’est le seul endroit en Nouvelle-Zélande, où il est possible de toucher un kiwi. Pour plus d’informations, visitez leur site internet. Si vous passez dans le Northland à Whangarei, venez absolument voir Robert et son kiwi ! Activité exceptionnelle !
À refaire, nous ne payerions pas les 15$ à Kiwi North et ferions seulement Native Bird Recovery Centre

Découvrez notre article sur la ville de Whangarei 

Noter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *